Product and service reviews are conducted independently by our editorial team, but we sometimes make money when you click on links. Learn more.
 

Disque dur HS : la récupération de données en images

Disque dur HS : la récupération de données en images
Par
Chronique d’une mésaventure

NDLR : L'histoire qui suit relate l'expérience personnelle d'un de nos collègues américains et son recours à la récupération de données via l'entreprise Seagate Revovery Services. Si l'entreprise n'est pas présente en France, d'autres proposent une approche similaire.

J’ai stocké un NAS à quatre disques durs dans ma penderie pendant des années, jusqu’au jour ou l’un d’entre eux a rendu l’âme. Etant donné que les disques étaient configurés en RAID 5, la grappe a continué à fonctionner sans encombre. J’ai interprété par erreur les performances légèrement moins bonnes qu’auparavant dans ce mode dégradé comme une manifestation du fait que les limites de la capacité physique de la grappe étaient en passe d’être atteintes. Le boitier lui-même ne m’a jamais alerté d’un quelconque problème. Lorsque le second disque dur a passé l’arme à gauche, toutes mes données (photos et vidéos de famille, musique, deux décennies de travail, bref, toute ma vie) se sont envolées dans l’instant, sans plus de cérémonies. Aussi embarrassant que cela puisse être pour quelqu’un qui travaille dans le domaine des nouvelles technologies, le fait est que toutes ces données étaient exclusivement stockées sur ce seul NAS. On pouvait m’entendre hurler à plusieurs rues de chez moi.

Maigre consolation, je ne suis ni la première ni la dernière victime de ce genre de problème. Il y a un peu plus de deux ans de cela, nous expliquions que la part des disques durs subissant une panne dans leurs trois premières années pouvait atteindre 20 %. Les SSD affichent de meilleurs taux, mais allez donc demander à Linus Torvalds s’il vit mieux la perte de sa station de travail en sachant cela.

Pris d’une panique incontrôlable, j’ai contacté l’acteur le plus connu parmi les entreprises travaillant sur la récupération de données, Seagate Recovery Services (SRS). Il en a notamment résulté de quoi faire un reportage photo fascinant. Ce qui suit n’est pas une publicité pour Seagate (qui ne propose pas ces services en France), mais il nous semble que le nombre de personnes concernées par la récupération de données est considérable : un regard dans les coulisses pour voir le mode opératoire peut s’avérer instructif, aussi bien à titre privé qu’à titre professionnel.

Crédits photo de cette page : Wikipédia ; pour la quasi-totalité des autres visuels : Peter Panayiotou, Panayiotou Photography, Inc. (www.panayiotou.com).

Lire plus Lire moins
Afficher les 8 commentaires.
Cette page n'accepte plus de commentaires
  • PeterBM , 21 novembre 2013 10:09
    Très très bon article.
  • ceresleloup , 21 novembre 2013 11:35
    superbe reportage, merci pour le partage! :) 
  • ideal78 , 21 novembre 2013 13:00
    Très intéressant et je crois que tout le monde se sent concerné par la fragilité de nos petits durs et donc des données.. merci pour le partage! :) 
  • c_planet , 21 novembre 2013 18:35
    Ça doit être abrutissant comme métier, totalement coupé du client à traiter des hd anonymes à la chaine, j'ai envie de chanter .. au suivant :D 
  • Johan_et_Pirlouit , 21 novembre 2013 21:06
    Et hop, un p'tit publireportage pour SRS, enfin Seagate, quoi... Les fêtes de fin d'année approchant, ils se rappellent à notre bon souvenir par le biais d'un bon p'tit reportage très bien publicitaire, à la fois intéressant et très à leur avantage. Un beau coup de pub' de la part de Seagate. Je sais, 'faut bien vivre, la fois d'avant c'était un de leurs concurrents dans la récupération de données qui avait placé le sien, de "reportage". Chacun son tour, quoi ;-)
  • -1 Masquer
    ideal78 , 22 novembre 2013 12:28
    Citation :
    Et hop, un p'tit publireportage pour SRS, enfin Seagate, quoi... Les fêtes de fin d'année approchant, ils se rappellent à notre bon souvenir par le biais d'un bon p'tit reportage très bien publicitaire, à la fois intéressant et très à leur avantage. Un beau coup de pub' de la part de Seagate. Je sais, 'faut bien vivre, la fois d'avant c'était un de leurs concurrents dans la récupération de données qui avait placé le sien, de "reportage". Chacun son tour, quoi ;-)


    Ridicule ... en plus, je te cite
    Citation :
    SRS, enfin Seagate
    pourquoi redire le nom de Seagate une fois de plus?
    Il a déjà été assez citer dans le dossier que tu qualifies de reportage publicitaire et t'en rajoutes une couche en re-citant leur nom sous couvert dénoncé une soit-disant pub déguisé ... et toi tu continues comme si tu nous apprenais à tous quelque chose ...
    Dans la première ligne du dossier y a écrit
    Citation :
    via l'entreprise Seagate Revovery Services

    et toi tu viens avec une révélation quasi-divine :
    Citation :
    SRS, enfin Seagate

    ... tu te sens pas ridicule non :ange: ?

    Bah à l'inverse cite plusieurs noms de concurrents et même de concurrents français histoire de ré-équilibrer la balance ... là au moins tu irais un peu plus loin tout en disant des choses qui n'ont pas été mentionné dans ce dossier...

    C'est un dossier INtéressant effectué chez Seagate, leur nom est cité on sait que ça se passe chez ? chez qui ? chez Seagate :)  ...
  • dragonrider8 , 22 novembre 2013 15:44
    Pour ma part je suis devenu à force de récupérer des disques durs dans ma famille, un vrai maniaque de la sauvegarde. A l'époque ma belle soeur avait un disque dur qui était HS et pour laquelle mes compétences n'étaient pas suffisante, le devis effectué pour la récupération d'un disque d'1To s'était monté à 1000€, montant qu'elle ne pouvait se permettre. Depuis mes données sont en triple sauvegarde sur 3 hardware différents et 2 sites distincts.
  • g-style , 27 novembre 2013 10:41
    tiens faudra que je vous montre comment on fait ca en Chine.

    tout comme SRS mais avec un centieme du budget. Meme leur chambre blanche est a mourir de rire. Mais ca fonctionne et ne coute pas grand chose.